20 avril 2006

La stratégie du caméléon

imagesPolitique fiction, pas si sûr. Machiavel veille. Et si les apparents vainqueurs du grand bordel n’étaient que les dindons de la farce. Le caméléon est un insectivore donc la technique de chasse consiste à se confondre avec son milieu pour mieux surprendre ses proies.

Explication :

Prenez quatre représentants ou anciens représentants, tous anciens Tahoeraa. Des amis personnels du grand timonier, des personnalités qui l’appellent sur sa ligne directe pour discuter le bout de gras.

Prenez le grand timonier et ses copains orange qui rêvent de revenir au pouvoir mais dont la maison mère juge que la première motion de censure a été un magnifique échec et que ça suffit pour l’instant, en tout cas pas avant les Présidentielles.

Prenez un bon golfeur devenu Président dont la côte de popularité ne vaut guère mieux que celle de Villepin. Lui aimerait sans doute retourner sur les greens, mais pas ses copains ne sont pas d’accord « j’y suis, j’y reste ».

Alors statu quo !

Pour le fun, on agite un peu le bétail sommeillant de l’Assemblée, on gesticule et on fait jouer un rôle dans lequel ils font merveille nos 4 représentants, celui de girouette.

Premier acte : faire élire un bon gars à la tête de l’Assemblée. Girouettes et Autonomistes votent comme un seul homme. Un mort : Anthony Géros.

Deuxième acte : la menace d’une motion de censure, la création d’un groupe autonomiste fourre-tout (Sorry Jean Christophe !). La menace est tangible. Branle-bas de combat chez les bleus tandis que les oranges se félicitent avec grand tapage.

Troisième acte : Le grand timonier entre en jeu, Nicole se raidit. Schyle refuse donc d’attendre qu’Emile revienne dans l’hémicycle. C’est le moment pour nos girouettes caméléons d’entrer en scène, juste au bon moment. Aux abois, le Président est désormais prêt à toutes les compromissions. C’est alors que nos caméléons, signataires de la plateforme autonomistes la veille, vont voir le Président. « Nous avons bien réfléchi ! Etonnant non ! Et hop ! On leur propose des ministères, seul moyen de s’assurer de leur « fidélité ». Leur suivant de liste, sur ordre et finalement très content de palper un salaire de représentant, joue le jeu. Jean Christophe se lamente, Emile est « KO », il va vouloir se venger et il est très bon dans ce registre, le « barbu » Hiro est également isolé et la motion de censure reportée à plus tard. Le Tahoeraa ne dit mot. Les caméléons sont en place. Désormais, ils contrôlent la pompe à subventions qu’est le sport, l’autre pompe à blé qu’est la poste, mais aussi le développement des archipels (plein de subventions made in France), la perliculture (pas de noms mais vous me comprenez), tout en gardant un œil sur le foncier. Les virer ? Impossible, se serait s’exposer à une motion de censure. Le ver est dans le fruit, le Président le sait, les caméléons se marrent, le grand timonier aussi.

Quatrième acte : Un mercredi après-midi, par une journée ensoleillée, le grand timonier dira « Fin de partie ». « Assez joué maintenant ». Et la partie de poker menteur prendra fin.

Joli coup !

Posté par lhooqtahiti à 23:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur La stratégie du caméléon

    ah! c'était donc ça ?

    Tous mes respects, cher rédacteur.... je dois dire que je n'y comprenais plus rien à la politique de ces derniers jours, entre le foutoir neuronal qui règne dans ma tête, et des séances à l'assemblée qui ressemblent plutôt à une chasse à la baleine.

    Un grand mauruuru, et mauruuru roa à toute l'equipe d'undergrounders.

    Posté par Pol'fiction, 21 avril 2006 à 10:22 | | Répondre
Nouveau commentaire